Toute l'actualité de la santé connectée avec votre magazine online

Interview de Laure Beyala, auteur de Connected Objects in Health: Risks

Laure Belaya

Laure Belaya

Bonjour Laure Beyala, pourriez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Je suis Ingénieure biomédicale diplômée de l’ESIGELEC. Ensuite, j’ai effectué une thèse professionnelle à Centrale Paris en 2015, après avoir travaillé dans de nombreux laboratoires et industries biotechnologiques comme Visiomed.

Pourquoi cet ouvrage que vous venez d’écrire entièrement dédié aux objets de la santé connectée ?

La technologie des objets connectés connaît aujourd’hui un essor remarquable dans le domaine sanitaire. Elle est désormais perçue comme un système complémentaire pour la prise en charge des patients. Elle pourra à court, moyen et long terme permettre d’améliorer la relation patient-professionnel de santé.

Ces dispositifs médicaux connectés semblent parfois intuitifs pour l’utilisateur mais la connaissance de leurs fonctionnalités, ainsi que les risques d’usage notamment liés à la confidentialité des données stockées, à sa disponibilité, à l’intégrité de la donnée et à son interopérabilité restent encore mal connus.

Cet ouvrage apporte un éclairage inédit sur les risques émergents liés à l’utilisation d’un dispositif médical connecté. Il propose une cartographie et une analyse des risques liées à l’utilisation d’un dispositif médical connecté ainsi qu’une compréhension de toutes les situations dangereuses et actions à mettre en place pour y palier.

Le lecteur pourra aisément se forger une opinion sur les opportunités d’une telle offre dans le domaine de la santé. Il aura une large vision lui permettant de faire la distinction entre les objets connectés (leurs applis) du bien-être et les dispositifs médicaux connectés

L’avez-vous écrit en collaboration avec des professionnels de la santé ?

Ce livre découle de mes travaux de thèse professionnelle réalisés à Centrale Paris sur les objets connectés en santé. Pendant ces années de recherches, j’ai eu à collaborer avec des professionnels de la santé parmi lesquels :

– Mme Gaëlle Le Gallais
– Dr Vincent Leroux
– Dr François Teboul
– Pr Bruno SALGUES

Ils ont d’ailleurs été tous remerciés dans mon ouvrage.
J’ai aussi eu la chance de collaborer avec le Dr Benjamin Pitrat, co-fondateur de la société Ad Scientam. Il a signé la préface de mon livre.

Quels sont les objets connectés que l’on retrouve le plus souvent dans les établissements hospitaliers ?

La miniaturisation des microprocesseurs et des terminaux mobiles (smartphones, tablettes, ordinateurs portables etc…) a permis d’accélérer le développement des objets connectés. Ils permettent de mieux se suivre sur son mobile et de partager plus facilement ses données. Dans le monde de la santé, ce sont des dispositifs médicaux connectés qui permettent de synchroniser de façon automatique le recueil des données à caractère personnel et de suivre ses indicateurs de santé. Tels que : le poids, la pression artérielle, les mouvements, la fréquence cardiaque, la saturation en oxygène, la force d’expiration, la température corporelle, la glycémie, la marche, le sommeil.

Dans nos hôpitaux sont généralement utilisés : des balances connectés, podomètres ou tensiomètres, des montres, des cardio-fréquence- mètres connectés. On retrouve aussi des thermomètres, accéléromètres, des oxymètres de pouls ou saturomètres, les débit-mètres (recommandé pour les personnes atteintes d’asthme par exemple) et des glucomètres (recommandés pour le suivi du diabète de type I & II) connectés.

Votre ouvrage se destine-t- il au grand public ou plutôt aux professionnels de la santé ?

Cet ouvrage est destiné aux professionnels de santé, aux centres de recherches, aux universités scientifiques. Il s’adresse également au grand public car la santé connectée fait appel aux objets connectés et applications médicales généralement à la portée de tous.

Comment évoluera la santé connectée dans les années à venir ?

La santé connectée représente un levier majeur de modernisation du système de santé. C’est une offre qui permettra de diminuer les dépenses tout en améliorant la qualité des soins.
Avec ces objets connectés en santé, on passera progressivement à la médecine 4P (prédictive, préventive, personnalisée et participative). Avec des patients acteurs de leur santé, des professionnels de santé connectés et formés… Bref, un système de santé plus efficace, plus fluide, grâce aux progrès des nanotechnologies, biotechnologies, de l’intelligence artificielle etc…

Votre mot de la fin ?

La problématique des objets connectés en santé prend une place de plus en plus importante dans notre société. C’est un changement de paradigme qui n’est pas seulement destiné aux praticiens, aux acteurs institutionnels (mutuelles, assureurs, etc..), aux patients mais à tout individu prêt à être un acteur actif et responsable de sa santé.
J’espère, dans les années à venir, pouvoir approfondir davantage cette problématique dans un autre ouvrage.

Share on FacebookShare on LinkedInTweet about this on Twitter